Producteur bio de plantes aromatiques et médicinales
Plants sains de Lavande et Lavandins
Les moyens de lutte
Ils ne sont aujourd'hui que prophylactiques et il y a de grandes chances pour qu'ils le demeurent (vection souterraine, inoculum de phytoplasme très important). La rotation des cultures qui permet d'interrompre le cycle des cicadelles; l'utilisation de variétés tolérantes et les plants sains  sont les principales pistes développées par les organismes techniques de la filière.

la photo ci-dessous illustre bien la différence entre des plants traditionnels atteints (à gauche) et des plants sains, population améliorée tolérante Rapido (à droite). Observations réalisées sur des plantes du même âge.


Parcelle de comparaison!!!
Importance de la sélection et des plants sains
Depuis que le dépérissement à phytoplasme sévit sur la zone de production, les producteurs, les techniciens et les chercheurs observent que certaines plantes (lavandes et lavandins) ont une aptitude particulière face à la pression de maladie. Ce phénomène encore inexpliqué scientifiquement permet tout de même d'avancer en terme de sélection et de mise à disposition de variétés tolérantes.
Le bouturage et l'assainissement
Des campagnes de prospection et de sélection sont régulièrement effectuées sur les différentes zones de production. Les individus sont conservés et multipliés grâce au bouturage. Les lignées sont ensuite mises en comportement et observées pendant plusieurs années pour vérifier leur niveau de tolérance, leur productivité, leur valeur qualitative (huiles essentielles, couleur...).

Les meilleures d'entre elles sont ensuite dirigées vers un laboratoire pour procéder à leur assainissement. En effet ces futures variétés cultivées sont bien souvent porteuses de phytoplasmes et il s'agit de s'assurer que la tête de clone soit saine. Le bouturage non contrôlé est un excellent moyen de propagation et d'amplification des maladies à phytoplasmes.

Les populations améliorées
Cet aspect de la sélection ne concerne pour l'instant que les lavandes. Elles seules sont fertiles et nous permettent de bénéficier des avantages de la reproduction sexuée. Des études ont montré que certains individus sont capables de transmettre leur niveau de tolérance aux phytoplasmes à leur descendance. Le choix a donc été fait de créer des populations améliorées (inter-fécondation contrôlée d'individus connus pour leur aptitude à transmettre la tolérance). Ces populations sont ensuite diffusées sous forme de graines aux pépiniéristes, qui assurent la production de plants sains. Les semences étant toujours indemnes de phytoplasmes, le producteur qui implante des plants sains de lavande de population améliorée est sûr de l'état sanitaire de sa nouvelle plantation et de son aptitude à la tolérance.
Les avancées de la sélection
Aujourd'hui les producteurs peuvent s'approvisionner en matériel végétal sain de : - lavandin Grosso, Super, Sumian, Abrial. Le lavandin étant stérile, la sélection créatrice est beaucoup plus difficile ; par contre il est toujours beaucoup plus tolérant que les lavandes. Attention cependant avec l'Abrial qui demeure un clone très sensible aux phytoplasmes. - des lavandes clonales tolérantes sont également disponibles (Maillette, Matheronne, Diva, Bleue, C15-50, 77-13...) et deux populations améliorées sont diffusées : Rapido et Carla.
Des mesures à la hauteur de la virulence de la maladie
Produire des plants sains de lavande et lavandin nécessite un engagement fort de la part des pépiniéristes. Le respect du cahier des charges « à la lettre » est de rigueur, et les investissements sont significatifs, d'où une réelle spécialisation dans le domaine. Le suivi rigoureux de la méthode permet de garantir un plant de qualité et certifié.

 Règle n°1 : Multiplier du matériel végétal sain sur un sol sain
Tout semis, pépinière de boutures ou élevage de pieds-mères doit se faire sur un sol désinfecté. Les méthodes agréées sont :

Pour être le plus efficace possible contre la maladie, le matériel végétal utilisé doit cumuler les avantages de la sélection et être sain. Il doit donc provenir de la filière « Plants sains ».
Les pieds-mères sains sont fournis exclusivement par le C.R.I.E.P.P.A.M., organisme technique en charge de la diffusion du matériel végétal sain.

 Règle n°2 : Maintenir l'état sanitaire des plants pendant la phase de culture
Les pépinières doivent être couvertes avec un filet anti-insecte. L'irrigation et la fertilisation sont adaptées aux besoins. Des pièges jaunes permettent de suivre l'état parasitaire du tunnel et des traitements insecticides systématiques doivent être réalisés tous les mois. Les produits utilisés doivent être autorisés sur lavande ou lavandin et agréés en Agriculture Biologique.
Pour l'enherbement, la désinfection du sol détruit la plupart des graines d'adventices, mais les mauvaises herbes restantes seront détruites manuellement.

 Règle n°3 : Assurer la traçabilité et obtenir la certification officielle
Le pépiniériste renseigne des fiches culturales et met en place un système de codification de ses lots de plants pour faciliter la traçabilité. Les pépinières sont contrôlées au moins deux fois par an par le GNIS. Dans la mesure où le cahier de charges est bien respecté et où le développement des plants est conforme, le SOC attribue des étiquettes de certification qui seront apposées par le pépiniériste sur les factures de plants des producteurs.

Rappel sur le principe de certification
La commercialisation d'un plant du genre Lavandula sous le label "plant sain", impose le respect du cahier des charges en vigueur et l'agrément des pépinières par le contrôleur du GNIS.
Chaque pépiniériste commercialisant ses plants et ayant respecté ces conditions reçoit donc une attestation certifiant que sa production répond aux prescriptions sanitaires imposées.
 
Lors de la commercialisation, chaque lot de plants certifiés est accompagné d'une vignette SOC.

La dénomination 'plant sain" est uniquement garantie et valable sur présentation de cette vignette (apposée soit sur la facture, soit sur le bon de livraison). Le pépiniériste doit également y préciser le nombre déclaré de plants, la variété, le numéro du lot, ainsi que la date d'expédition.
 
Recommandations
Face à une demande en plants certifiés de plus en plus forte, il convient de passer commande auprès des pépiniéristes dès à présent. Certains ont déjà la quasi-totalité de leurs plants de réservés pour la prochaine campagne.
L'utilisation des plants sains
Les pépiniéristes producteurs de plants sains développent leur activité, répondant ainsi à une partie des besoins des producteurs. Plusieurs pépiniéristes se sont spécialisés dans ce mode de production, permettant la mise en marché de 600 000 plants sains en 2007. Aujourd'hui les volumes produits ont augmentés considérablement et même si c'est encore bien en-dessous des besoins potentiels, la filière travaille sur l'augmentation de la production : le nombre de pépiniéristes produisant du plant certifié sain est en augmentation, ainsi la filière a pour objectif de couvrir 100% des besoins d'ici à 2016.

Il est primordial que l'utilisation des plants sains se généralise à l'ensemble des producteurs et des bassins de production. L'inoculum de phytoplasme sur les zones de production est tel qu'il devient indispensable de mettre en place un système cohérent de développement des futures plantations.

Les mortalités précoces des lavanderaies occasionnent de graves difficultés économiques sur les exploitations spécialisées et les volumes produits ne suffisent pas à alimenter le marché. Pour cela, un programme d'incitation à la poursuite de l'activité économique des exploitations lavandicoles a été mis en place par le Conseil Général de la Drôme depuis 2007,  par un accompagnement à la reconstitution du patrimoine productif et il est encore reconduit pour 2014. Ce programme consiste en un appui financier aux producteurs lavandicoles qui produisent et utilisent des plants sains de lavande et de lavandin .

La mise en place de lavanderaies avec des plants sains de lavande ou de lavandin, sur des parcelles en rotation depuis au moins deux ans et dans la zone traditionnelle de production, sont accompagnées financièrement, par une aide forfaitaire à l'hectare.

Ces mesures d'accompagnement, prévues jusqu'en 2014, dans la Drôme, ont pour objectif la relance de la production de lavande et de lavandin, dans une situation sanitaire complexe et une situation économique difficile.

Pépinières Biotop
Stéphanie Allegret
Hameau de Luzerand 26410 Menglon. 04 75 21 89 77 / 06 82 61 94 43
stephanie@biotop-aromatiques.com